2020

Et après

V

Après 40 ans d’évolution et d’intervention, la situation humanitaire et sanitaire dans le pays est encore extrêmement préoccupante. Plus de 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. 3.7 millions de personne ont un accès limité ou inexistant aux soins de santé primaire et 8.2 millions de personnes font face à l’insécurité alimentaire. Le conflit a causé une insécurité constante et des déplacements massifs en Afghanistan et dans les pays voisins. Les besoins en soutien psychologique ont donc considérablement augmentés. Les catastrophes naturelles récurrentes continuent également de fragiliser le système de santé.

DÉSORMAIS, les missions de Première Urgence Internationale dans le pays continuent en fournissant des services dans l’ l’Est du pays à travers divers programmes et à travers différents secteurs : santé, nutrition, sécurité alimentaire, protection, eau, hygiène et assainissement.
– Effectifs actuels : 250 personnels afghans et 10 expatriés.
– Situés sur 3 bases : Kabul, Jalalabad et Asadabad.

Les scénarios possibles pour l’avenir ne semblent pas optimistes. Les processus électoraux dans le pays rendent impossible un accord de paix substantiel. Dans les années à venir, le financement international devrait continuer à diminuer. Mais les besoins resteront pressants. À partir de 2020, Première Urgence Internationale continue à développer sa capacité de réponse d’urgence. La deuxième priorité des programmes à venir sera la MHPSS (santé mentale et soutien psychologique). Un engagement important pour continuer à fournir un soutien sur le long terme et s’adapter aux besoins des populations civiles.

Pour continuer ses actions, Première Urgence Internationale va continuer d’avoir besoin de soutien et de financements.